BANNIERE2

ACCUEIL

La vallée de Chaudefour

Classée Réserve Naturelle, la Vallée de Chaudefour compte parmi les trois vallées glaciaires du massif du Sancy, en Auvergne

Avec ses curiosités géologiques (les dykes de la Dent de la Rancune et de la Crête du Coq), sa flore alpine et sa faune remarquable (marmottes, mouflons et chamois...), c'est un site très prisé des amoureux de la nature, et par conséquent très fréquenté en été, d'autant plus qu'il est facilement accessible. 

Au départ de la maison de la réserve, plusieurs sentiers pédestres sillonnent cet espace préservé aux somptueux paysages, avec notamment la découverte de la cascade de la Biche et la source ferrugineuse Sainte-Anne.

Mais il y a aussi un autre sentier qui part de Chambon-des-Neiges, et qui permet d'accéder à la vallée et d'en faire le tour ensuite par les crêtes. 

Tirée du topo-guide Chamina "Massif du Sancy et Artense", cette randonnée  (que l'on retrouve également dans la brochure "Randos Nature -Guide n°5" proposée en téléchargement ici sur le site "Planète Puy-de-Dôme") est certes exigeante et éprouvante avec ses 15,5 kilomètres et son important dénivelé de 935 mètres.

Mais quelle randonnée fabuleuse !

Circuit des marais

A seulement 15 kilomètres de Nantes au coeur du vignoble nantais, en Loire-Atlantique, le marais de Goulaine se déploie sur environ 2 000 hectares de part et d'autre du pont de l'Ouen, seul point de passage pour franchir ce site classé, inscrit Natura 2000. 

C'est ici près du pont que partent plusieurs randonnées, dont une jolie boucle de 9 kilomètres qui nous entraine à la découverte du marais, puis du vignoble...

Avec une zone de 1 215 hectares tantôt inondée en hiver, tantôt asséchée en été, le marais de Goulaine dévoile des paysages qui changent au rythme des saisons.

Afin d'éviter toute mauvaise surprise, assurez-vous avant de partir que les chemins ne sont pas inondés (voir l'encadré "Infos pratiques" en fin d'article).

Pour nous ils étaient tout à fait praticables en ce tout début mai 2018 où nous avons choisi cette randonnée, proposée ici sur le site de l'Office de tourisme du Vignoble de Nantes.

En longeant les marais, le cheminement se fait le plus souvent sous le couvert des arbres, mais le sentier ménage régulièrement des trouées qui laissent entrevoir l'étendue du marais. La deuxième partie du parcours permet de retrouver l'univers du vignoble bordant le marais... 

Notre balade aurait aisément pu s'arrêter là, la tête remplie de toutes les images ayant ponctué le parcours : des barques amarrées ici et là, des oiseaux sur les plans d'eau, un ragondin aussi surpris que nous et qui s'enfuie à notre approche, les sentiers bordés de fleurs champêtres, le château des Montys apparaissant au loin derrière les vignes...

Le lac de la Crégut

Au coeur du massif central, le parc naturel régional des volcans d'Auvergne chevauche les départements du Puy-de-Dôme et du Cantal.

Quatre massifs volcaniques comptent parmi les cinq régions naturelles qui composent ce parc : les Monts du Cantal, le Cézallier, les Monts Dôme et les Monts Dore.

La cinquième région est un plateau granitique : l'Artense. Ici pas de hauts sommets mais une alternance de douces collines, prairies et tourbières, sans oublier des forêts et des lacs, ce qui lui vaut d'être qualifiée parfois de petite scandinavie auvergnate...

Si on ajoute à cela la jolie photo du lac de la Crégut illustrant la randonnée éponyme dans le guide Chamina "Massif du Sancy et Artense", c'est d'ailleurs ce qui m'a donné envie de découvrir ce petit coin méconnu du massif central... 

Ainsi donc, accompagnés de notre fille de 17 ans, nous avons profité d'un séjour à Chambon-sur-Lac en août 2016 pour mettre cette randonnée à notre programme.

Bien nous en a pris car cette boucle de 14,5 kilomètres, sans difficulté en dehors de sa longueur, est absolument magnifique !

En plus de l'ancien lac glaciaire de la Crégut, on découvre les lacs du Taurons et du TactCertes ce sont tous des lacs de barrage, mais le charme n'est pas rompu pour autant...

J'ai vraiment beaucoup aimé cet itinéraire entre décors lacustres et forestiers, qui se parcourre en toute tranquillité même au coeur de l'été, car ici les randonneurs se font plus rares que du côté du Puy de Sancy ou du Puy Mary... 

Vous pouvez retrouver ce circuit dans le guide n°2 "Randos à croquer" édité par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, disponible gratuitement sur demande via la rubrique "contact" du site de l'office de tourisme du Puy de Dôme, ou dans les offices de tourisme du département, ou bien à télécharger ici.

Une très belle randonnée qui mérite assurément le détour !

lac de la cregut3

Les gravelots

Tirée du "Guide Nature, Promenades et randonnées - Destination Les Sables-d'Olonne" à télécharger ici sur le site de l'office de tourisme des Sables-d'Olonne, voici une randonnée qui nous entraîne sur la côte vendéenne à Olonne-sur-Mer.

En longeant la plage, peut-être apercevrez-vous le gravelot à collier interrompu...

Ce petit oiseau migrateur est une espèce menacée. N'ayant pas de nid, il pond ses oeufs (de couleur sable) à même le sol, ce qui rend le risque de piétinement élevé !

Afin de les protéger, quelques consignes s'imposent pour de ne pas écraser les oeufs et ne pas déranger les oiseaux : d'avril à septembre, on prend soin de bien attacher son chien, et on fait attention où on met les pieds !

                                Le gravelot à collier interrompu

"C'est une espèce rare et menacée en France et en Europe. Il a la particularité de nicher sur nos plages, au niveau de la laisse de mer (amas d’algues laissées par la marée). La femelle effectue 1 à 2 pontes annuelles de 3 oeufs chacune, à même le sol. Ces pontes sont souvent déposées sur le sable, parmi les graviers de la plage ou en pied de dune, près d’un objet échoué qui servira de repère. Il n’y a donc pas de nid et la couleur sable des oeufs les rend souvent vulnérables au piétinement. Le nettoyage des plages se fait donc manuellement pour préserver cette espèce." (Tiré de la fiche de randonnée "les Gravelots" du "Guide Nature, Promenades et randonnées - Destination Les Sables-d'Olonne" à télécharger ici sur le site de l'office de tourisme des Sables-d'Olonne).

La Banne d'Ordanche

En patois auvergnat, "banne" signifie"corne". Avec sa forme caractéristique, c'est de là que le sommet volcanique de la Banne d'Ordanche, culminant à 1 515 mètres d'altitude dans les Monts Dore, tire son nom. 

Là-haut, après avoir gravi un escalier en bois qui facilite l'ascension, une table d'orientation détaille le panorama à 360° qui s'offre sur les massifs volcaniques du Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne.

La vue est certainement magnifique... quand il fait beau ! Ce qui n'était malheureusement pas le cas ce jour de début août 2016 où, accompagnés de notre fille de 17 ans, un épais brouillard nous a enveloppés au moment où nous approchions de la Banne d'Ordanche. Nous avons tout de même grimpé jusqu'au sommet, dans l'espoir que les nuages se dissipent. En vain... Nous n'avons absolument rien vu !

Tirée du guide n°1 "Randonnez-vous / À la découverte du Puy-de-Dôme" édité par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, et en téléchargement ici, nous n'avons pas vraiment pu apprécier cette randonnée à sa juste valeur, l'objectif principal nous ayant échappé juste avant de l'atteindre...

Sachez qu'il est possible de rejoindre la Banne d'Ordanche par un autre itinéraire, au départ du lac de Guéry. En hiver, une randonnée en raquettes à neige emprunte une partie de ce circuit, ainsi que nous l'avons fait en février 2011, sans toutefois gravir le sommet (Article à lire ou à relire ici).

Pour ce qui est de notre boucle estivale, je n'ai que très peu de photos à vous proposer. 

Restant sur ma faim, j'espère avoir l'occasion de la refaire un jour... 

 banne ordanche murat le quaireCi-dessus : vue sur la Banne d'Ordanche...

Petit bêtisier des animaux...

logo en france aussi 2018

Cet article est ma cinquante-deuxième participation au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvre (ou redécouvre) la richesse et la beauté de la France. 

Chaque mois, elle invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Un blogueur est invité à être le leader du mois, et à choisir le thème. 

Ce mois-ci, le thème a été choisi par Olivia du blog "La fille de l'encre" :"Loufoque".

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦  ♦ ♦ ♦ ♦   

Et c'est parti ! En route pour une année belle et joyeuse !

Et pour bien débuter cette nouvelle année, si on rigolait un peu ?

Cette fois je ne vous emmène pas en randonnée... Je ne vous emmène pas non plus en visite touristique...

Je vous emmène pour une balade photos un peu spéciale dans le monde animal. Une balade tout en légèreté, qui me permet d'interpréter le thème "loufoque" à ma façon, à la manière d'un petit bêtisier photographique...

J'espère que ces images prises dans des zoos, à la montagne, ou dans un aquarium vous plairont, et qu'elles vous feront sourire. 

Volontairement je n'ai pas mis de légendes amusantes : je vous laisse en mettre en commentaires... 

LOUFOQUE1. Tamarin empereur

Entre chaumières et marais

Tout près de la côte en Loire-Atlantique, le Parc Naturel Régional de Brière, deuxième plus grand parc naturel français après la Camargue, est au coeur d'une très belle randonnée tirée du topo-guide "Balades en presqu'île de Guérande" de A. Bertrand, et proposée également ici sur le site internet "Cap Atlantique"

Dès le départ, le ton est donné avec les charmantes maisons aux toits de chaume du petit village traditionnel restauré de Kerhinet. Faisant partie intégrante du paysage briéron, on retrouve d'autres chaumières tout au long du parcours...

Le parc de la Brière, c'est aussi le marais... Ainsi découvre-t-on un peu plus loin les marais des Faillies Brières, un univers caractéristique de bois, d'eau et de roseaux.

Plus loin encore, après le village de Gras et avant de rejoindre le village typique de Kerbourg (abritant le moulin de la Fée et un dolmen), on passe sur le petit pont de Gras que les enfants empruntaient quotidiennement autrefois pour aller à l'école. Enjambant le ruisseau du Mès, ce petit pont en pierres plates de granit remonterait à l'époque gauloise...

Voilà donc un itinéraire riche en découvertes qui a de quoi charmer les randonneurs, surtout les amateurs de chaumières, ou ceux avides d'en découvrir...

Attention toutefois avant de vous engager sur cette randonnée, car le circuit passe en bordure du marais et certaines zones sont inondables de novembre à maiPendant cette période, il est important de bien se renseigner avant de partir (voir l'encadré "Infos pratiques" plus bas), ainsi que nous l'avons fait à la mi-avril 2017 lors de cette randonnée en famille avec notre fille de 18 ans et notre fils hémiplégique de 22 ans.

A faire !

entre chaumieres et marais3Ci-dessus et les 4 photos suivantes : les chaumières de Kerhinet...

Les cascades de la Rebeyrolle

logo en france aussi 2018

Cet article est ma cinquante-et-unième participation au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvre (ou redécouvre) la richesse et la beauté de la France. 

Chaque mois, elle invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Un blogueur est invité à être le leader du mois, et à choisir le thème. 

Ce mois-ci, le thème a été choisi par Pierre du blog "Mon Grand Est" :"Bucolique".

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦  ♦ ♦ ♦ ♦   
 

Au coeur de la Creuse, les Monts de Guéret sont une destination parfaite pour une pause nature avec un grand N.

Ici le terme bucolique prend tout son sens, à l'image de cette randonnée champêtre à souhait, proposée par le site de l'office de tourisme du Grand Guéret.

Le circuit, très plaisant, se déroule dans la vallée de la Gartempe, que l'on découvre au gré de ses prairies et petites collines arrondies, du charmant petit village typique de la Rebeyrolle, de la rivière Gartempe et ses ponts de pierre.

Quant aux cascades de la Rebeyrolles, mieux vaut savoir, pour ne pas être déçus, que ce sont en fait tout simplement les petits rebonds de la Gartempe sur les rochers...

Classée comme étant difficile, seule la distance de 15 kilomètres justifie ce classement, le parcours ne présentant vraiment aucune difficulté.

D'ailleurs, mes parents, âgés de 71 et 72 ans, n'ont eu aucun mal à nous suivre en ce mois de mai 2018 où nous étions avec notre fille de 19 ans et notre fils hémiplégique de 23 ans. 

Bref, voilà une randonnée on ne peut plus bucolique, qui ravira les amateurs de randonnées chlorophylles...
 

cascades rebeyrolle2

Le Puy de Sancy

Culminant à 1 885 mètres d'altitude dans le Puy-de-Dôme, le Puy de Sancy est le point culminant du Massif Central.

Là-haut, un panorama exceptionnel s'ouvre à 360° sur des vallées glaciaires (la vallée de Chaudefour, la vallée de la Fontaine Salée...), des Puys (le puy Gros, le puy Ferrand...), des lacs (le lac Pavin, le lac Chauvet, le lac Chambon...), des plateaux (plateau du Cézallier, plateau de l'Artense...), et même sur les neiges éternelles du Mont-Blanc, visible par temps clair.

Pour profiter de cette vue imprenanble, un téléphérique permet d'accéder au sommet sans se fatiguer. Ou presque... Car à la descente du téléphérique, 860 marches en bois restent à gravir, soit une vingtaine de minutes de marche et un dénivelé de 110 mètres...

Le Puy de Sancy fait aussi l'objet de plusieurs randonnées. Tirée du guide Chamina "Massif du Sancy et Artense", l'une d'elles part du pied du téléphérique.

Si l'ascension ne présente pas vraiment d'intérêt et peut-être épargnée grâce au téléphérique, la suite du parcours est en revanche de toute beauté, avec un retour par les crêtes et le magnifique val de Courre

Début août 2016avec notre fille de 17 ans, nous avons choisi de faire la randonnée intégralement à pied.

Tout au long de la montée assez rude vers le sommet, une flore abondante nous a permis d'oublier un peu le paysage de pistes et de téléskis...

Arrivés au col de la Cabanne, la vue devient fabuleuse, à l'image du reste de la boucle. Ouvrez l'oeil, il y a des lys martagon au bord du sentier le long des crêtes... Et des marmottes dans le val de Courre !

Le Puy de Sancy fait bien sûr partie des incontournables de la région, et est à ce titre pris d'assaut en été, à tel point qu'il est même parfois difficile d'accéder à la table d'orientation ! Pour ce qui est de l'escalier en bois menant au sommet, qu'il faut emprunter pour ceux qui viennent du téléphérique tout comme pour les randonneurs, il se transforme en véritable autoroute...

Malgré tout, ça reste une randonnée à faire absolument pour le cadre grandiose à partir du col de la Cabanne. 

puy de sancy val de courre4

Sèvre et coteau de la Barbinière

A Saint-Laurent-sur-Sèvre, à 10 kilomètres à peine du célèbre Puy du Fou, en Vendée, une bien jolie randonnée révèle les charmes de la Sèvre Nantaise et du coteau de la Barbinière.

Tirée de l'office de tourisme du canton de Mortagne sur Sèvre, cette boucle courte et facile conviendra parfaitement aux familles, ainsi qu'à tous les amateurs de balades bucoliques. 

Le sentier se tortille tout d'abord dans un joli bois, et passe à proximité de la propriété privée du château de la Barbinière, que l'on aperçoit au loin.

Un peu plus loin, on se retrouve au pied du viaduc de Barbin qui dévoile ses jolies arcades, et voit passer en été le petit train à vapeur de la Vendée reliant Mortagne-sur-Sèvre aux Herbiers.

Le sentier rejoint alors la rivière. En la suivant, il mène au charmant site du moulin d'Etourneau, un moulin à eau dont on découvre l'histoire plutôt tragique sur un panneau explicatif :

                               LE MOULIN D'ETOURNEAU

"Ancien moulin banal. Les fermiers dépendant du château de la Barbinière avaient obligation d'y faire moudre une partie de leur récolte. Ce modeste édifice ne comportait qu'une voie d'eau (ou auvent ou sault), une seule roue à palettes et deux "moulins" fonctionnant sur le même arbre : l'un à seigle et l'autre à froment.

Ce moulin d'Etourneau semble être resté depuis son origine (première mention en 1394) un moulin à grain et exploité depuis la seconde moitié du XVIIIè siècle et au cours du XIXè siècle par trois générations de la même famille : les LEGER.

Cette famille connut un destin tragique pendant la Révolution. Les parents et leurs 7 enfants suivirent les châtelains de la Barbinière à la "virée de Galerne". Les parents et les 2 filles aînées périrent lors de ce tragique périple et les autres (le plus jeune surtout) ne revinrent qu'après bien des péripéties". 

Restez informés !

Pour ne rater aucun nouvel article, inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement en cadeau mes 2 albums photos numériques : "La montagne en photos" et "La mer en photos".

Traduction

A propos

 photo presentation

Coucou !

Moi c'est Sylvie...

Je randonne depuis 1990 et ici je vous fais partager mes randonnées, à la montagne mais aussi à la mer ou ailleurs, en été comme en hiver :

- Afrique du Sud
- Alpes
- Andorre
- Bretagne
- Charente-Maritime
- Corse
- Espagne
- Ile de la Réunion
- Massif Central
- Pays-de-la-Loire
- Pyrénéees

 

Suivez-moi sur Facebook

 

Recherche

Avertissement :

Les indications fournies dans mes descriptifs sont brèves et sommaires, et servent principalement à vous faire une petite idée de la randonnée présentée, selon mon ressenti. Elles ne remplacent pas l'indispensable topo-guide, qui vous fournira un descriptif complet et précis de votre randonnée, ainsi qu'une carte IGN pour le détail du parcours. 

Des facteurs météo ou autres sont susceptibles de faire évoluer rapidement la difficulté d'un itinéraire. Chaque randonnée se fait donc sous votre propre responsabilité. Toutes les informations fournies ici ne pourront en aucun cas engager ma responsabilité en cas d'accident ou de quelque manière que ce soit.